5 ans après la pose, mon carrelage bouge : quel recours ?

117
vues

Même réalisée par un professionnel, la pose d’un carrelage n’est pas à l’abri d’un défaut de construction. Ces vices peuvent faire leur apparition de nombreuses années après l’achèvement du chantier. Dans ce contexte, la responsabilité de l’artisan est engagée. Si les dommages sont couverts par la garantie décennale, vous êtes indemnisé par l’assureur de votre artisan. Explications.

Défaut de carrelage : que faire ?

Votre nouveau revêtement de sol donne un air plus chic et moderne à votre intérieur ? Sauf que voilà, vous avez vite fini par déchanter devant la catastrophe apparue sur le carrelage quelques années après sa pose. Celui-ci a commencé à bouger et des fissurations ont fait leur apparition. Le cauchemar ! Face à une telle situation, le premier réflexe est de se demander les recours possibles pour régler vite ce problème. L’artisan est systématiquement pointé du doigt. Après tout, il a mal fait son travail. C’est donc lui qui devra réparer les dégâts. S’il est couvert par une assurance professionnelle et que les dommages entrent dans le champ d’application des couvertures, l’assureur prendra en charge l’indemnisation.

A quel moment faire jouer la garantie décennale ?

Avant toute chose, il convient de faire la différence entre carrelage scellé et carrelage collé. Si le premier est couvert par une garantie décennale, le second relève plutôt de la garantie biennale. Pourquoi cette distinction ? Tout simplement parce que la méthode de pose n’est pas la même. La pose dite « collée » consiste à faire adhérer les carreaux sur le sol grâce à un mortier-colle qui sert d’adhésif. Avec la pose dite « scellée », les carreaux sont directement fixés sur une chape mortier de ciment frais. Ici, le revêtement ne pourra pas être enlevé sans porter atteinte à tout l’ouvrage. C’est pour cette raison qu’il fait l’objet d’une couverture décennale. Conformément à ce qui est stipulé dans l’article 1792-2 du Code civil, dès que les dommages touchent les éléments indissociables d’un ouvrage, ils peuvent être pris en charge par une assurance décennale. Pour autant, les défauts doivent aussi rendre l’ouvrage impropre à sa destination ou affecter sa solidité pour être indemnisables.

Quelle démarche pour obtenir réparation ?

Sur les conseils des sites spécialisés comme La Décennale, avant d’engager un quelconque ouvrage avec un professionnel du bâtiment, exigez qu’il vous présente d’abord son attestation d’assurances professionnelles. Ensuite, il est recommandé de souscrire à une garantie dommages-ouvrage qui assure une indemnisation plus rapide des dommages de nature décennale sans attendre une décision de justice. C’est cet assureur que vous devez contacter en premier lieu dès que vous constatez des défauts sur votre carrelage. Après votre déclaration de sinistre, la compagnie assignera un expert pour évaluer le montant des dégâts.

Au cas où vous ne seriez pas bénéficiaire de cette assurance dommage-ouvrage, il sera alors nécessaire de vous retourner contre le constructeur et réclamer les réparations. En l’absence de réponse de sa part, prenez directement contact avec son assureur décennale via une lettre recommandée avec accusé de réception dans laquelle vous stipulez tous les détails liés à l’affaire (vos coordonnées, votre adresse, la nature exacte des dégâts avec une description détaillée, etc.).